"Adolf Cohen", une leçon d'humanité teintée d'humour et d'espoir.

  • Lire et faire lire du théâtre contemporain

20-02-2018 par Sheila Vidal-Louinet

Dans notre rubrique "Lire et faire lire du théâtre", nous avons retenu cette pièce de Jean-Loup Horwitz, "Adolf Cohen". Du ghetto au kibboutz, en passant par le séminaire à Rome, voici le parcours étonnant d'un personnage aux multiples vies, mais dont le cheminement intérieur lui apprendra une évidence : les dogmes religieux ne conduiront jamais à la Paix. Ce texte, particulièrement bien écrit, facile à lire et souvent très drôle, serait une excellente lecture cursive pour nos élèves, introduisant intelligemment les thèmes de radicalité, de tolérance, de guerres de religions et de Seconde Guerre mondiale.

Nous avons vu cette pièce jouée au Festival d'Avignon en 2015, interprétée par Jean-Loup Horwitz lui-même. Elle était remarquable dans sa mise en scène comme dans son interprétation. On ne perd rien en la lisant. Ce qui n'est pas si commun pour une pièce de théâtre à la résonance aujourd’hui particulièrement importante tant elle montre une figure ouverte sur la tolérance en la personne d’Adolf Cohen. "Oxymore patronymique"* choisi par une mère juive, plutôt laïque, qui, en voulant s'intégrer dans une Europe de l'Est déjà bien embrasée, croit bien faire en nommant le fils Adolf !

Obligé de se cacher à la campagne pendant la guerre, ce nom le sauvera. Le traumatisme opéré par la séparation familiale et de ses origines provoquera une amnésie telle, qu'il embrassera la religion catholique et ses codes avec un véritable amour au point de faire le choix de devenir diacre.

Il finira en Isarël et embrassera le conflit Israélo-Arabe nourri d’aucune idéologie. Il avance vers son voisin dans une ouverture totale et teintée d'espoir.
La fin est tragique et la question posée glaçante… "Dieu est plus grand", cri détourné et devenu celui de guerre chez les intégristes, ces amis du diable. "Oui mais… Plus grand que quoi ?".

*Expression de l'auteur lui-même.

L’oeil de l’équipe

Adolphe Cohen, Jean-Loup Horwitz.
Texte publié aux Editions Art et comédie, collection Côté Scène, 2015. 

Niveaux : Fin de collège et lycée.

Disciplines : Français, histoire, EMC.

Thème : Seconde guerre mondiale, radicalité, tolérance, guerres de religions. 

Prix public : 10€.
Prix scolaires et abonnés QVLP très avantageux, en fonction du nombre de commandes (voir à ce sujet article explicatif).

Renseignements auprès de l’équipe QVLP : 06 60 28 38 45 / info@quiveutleprogramme.fr 
ou celle de la Librairie théâtrale (en les contactant de la part de Qui Veut Le Programme ?) : 
Adresse : 3 Rue de Marivaux, 75002 Paris / 01 42 96 89 42. 

La Librairie théâtrale organise des lectures et permet la découverte d'auteurs contemporains. N'hésitez pas à nous demander le programme !

Dans la même rubrique...

Grands Prix ARTCENA : les lauréats 2018 ou les chemins des mots aux publics

Durant la dernière quinzaine, vous avez pu découvrir les huit auteurs et autrices finalistes du Grand Prix de la Littérature dramatique et du Grand Prix de la Littérature...

16-10-2018 • Yaël TAMA
Lire et faire lire du théâtre contemporain

(Dernier) Episode 8 ARTCENA-Grands Prix : “Trois petites sœurs”, de Suzanne Lebeau

ARTCENA organise et accompagne, au sein de ses différentes missions, les Grands Prix de Littérature dramatique et de Littérature dramatique jeunesse. Huit finalistes ont été...

14-10-2018 • Sheila Vidal-Louinet
Lire et faire lire du théâtre contemporain

Episode 7 ARTCENA-Grands Prix : “Michelle doit-on t’en vouloir d’avoir fait un selfie à Auschwitz ?", de Sylvain Levey

ARTCENA organise et accompagne, au sein de ses différentes missions, les Grands Prix de Littérature dramatique et de Littérature dramatique jeunesse. Huit finalistes ont été...

11-10-2018 • Brigitte Gornet
Lire et faire lire du théâtre contemporain

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et mesurer son audience. En utilisant ce site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies.