Avignon OFF (danse) - Phasmes : ce duo époustouflant qui donne vie à une créature chimérique (tout public, tout niveau)

  • Quoi voir quoi faire avec votre classe ?
  • Avignon

16-07-2018 par Mathilde Desanges et Sheila Vidal-Louinet

Avec Phasmes, la compagnie Libertivore, créée en 2005 par Fanny Soriano et Jules Beckman, continue le travail artistique abordé dans le spectacle Hêtre (solo créé en 2015) autour du lien entre l’humain et la nature. Un spectacle fougeux, acrobatique et poétique qui plaira aux petits comme aux plus grands.

Sur scène, un simple et unique tas de feuilles mortes compose un décor épuré. Dans la salle — plongée dans le noir — résonne un bruit étrange. Petit à petit, la lumière s’allume et dévoile dans un clair-obscure une mystérieuse silhouette. Ou peut-être deux. On comprend alors ce qui est à l’origine de ce bruit régulier qui s’accélère. La silhouette qui nous fait face réalise une série de rapides roulades circulaires. Incarnée par un duo époustouflant, cette étrange créature chimérique à la frontière de l’animal et du végétal va évoluer, s’épanouir et interagir avec son environnement. Le duo se déploie et se replie, faisant naître des figures abstraites et évocatrices. Ce couple, devenu sans queue ni tête, occupe l'espace tels des phasmes - ces insectes simulant les tiges sur lesquelles ils vivent, au point de se confondre avec elles.

Les corps des deux danseurs occupent l’espace, sans accessoire ni agrès. Deux corps qui fusionnent en totale confiance — les deux danseurs ne se quittent pas des yeux de toute la performance. Et confiance absolument nécessaire pour la réalisation de figures ahurissantes multipliant les possibilités et renversant les forces par des jeux d’équilibre — et de déséquilibre — de symétries et — d’asymétries. Par moments, un point de contact relie les deux danseurs. Comme s'ils n’avaient qu’un seul centre de gravité partagé. 

Soudain, la femme tombe inanimée au sol. Comme si son corps était mort. La coordination n’existe plus. Le point de contact, qui semblait pourtant infaillible, est rompu. Il semble désormais d’une incroyable lourdeur. Toute figure s’avère à présent impossible, le corps n’étant plus contracté et le contact visuel ayant disparu. Deux corps différents se dessinent laissant apparaître une complémentarité évidente. Une complémentarité morphologique et une puissance musculaire permettant une série de portés, de figures et de mouvements aussi techniques que poétiques. 

Les émotions surgissent via une recherche continue de sensations et de mouvements intérieurs et extérieurs au corps. Les trames émotionnelles et chorégraphiques semblent ainsi étroitement liées. On se questionne sur la matière même de ces corps flexibles, malléables voire métamorphosables — et les sensations qu’ils éprouvent. La nature du corps paraît relative aux sens. Le corps ne se définit plus uniquement par le volume occupé dans l’espace, il est intimement lié à l’âme. Les danseurs ne constatent pas, ils éprouvent ce qui affecte leur corps. Entre l’âme et le corps, mêlés au point de ne plus faire qu’un, l’interaction est intime et permanente, le corps agit sur l’âme et l’âme agit sur le corps. La dualisme cartésien, cette séparation radicale entre le monde de la pensée et celui des corps est ici démoli. 

Véritable travail corporel mêlant acrobaties et danse, et menant à une réflexion sur la matière organique, ce spectacle explore les relations entre la nature et l'humain. Autour d’un corps malléable et métamorphosable, le langage acrobatique de Libertivore sonde la place de l’homme. S’inspirant de la nature pour les figures, la scénographie et les accessoires, la metteuse en scène parvient à mettre en valeur les richesses étonnantes de la nature et des capacités du corps humain. 

 

L’oeil de l’équipe

A notre sens, un beau travail en cycle 3 pourrait être mené en Arts plastiques, S.V.T. et EPS.
En S.V.T. , afin de voir comment ces deux danseurs se sont inspirés de la nature.
En Arts plastiques, parce que le travail est très visuel.
Et en E.P.S. afin que les élèves mesurent la prouesse physique que cela représente.

Phasmes

Création 2017. Pièce pour deux acrobates-danseurs.
Vu au Festival d’Avignon OFF - Les Hivernales, CDC.
Tout public - 30 mn environ.

Écriture, mise en scène : Fanny Soriano.
Collaborations artistiques : Damien Fournier et Mathilde Monfreux.
Interprétation : Voleak Ung et Vincent Brière.
Musique : Thomas Barrière.
Lumière : Cyril Leclerc.
Costumes : Sandrine Rozier.

Cie-libertivore
De très nombreuses dates de tournées : consultez l'agenda de la Cie.

CREDIT PHOTOS : D.R. Cie libertivore

Dans la même rubrique...

"Orphée et Eurydice", à l'Opéra Comique et en captation sur ARTE

A l'occasion de la création d'"Orphée et Eurydice" à l'Opéra Comique, Raphaël Pichon, à la direction musicale, et Aurélien Bory à...

30-10-2018 • Marie-Madeleine Rey
Opéra pour tous
Quoi voir quoi faire avec votre classe ?

" Paradoxal " au Théâtre de Belleville : un thriller entre rêves et réalité

Une des dernières créations - haletante - de Marien Tillet en novembre au Théâtre de Belleville, pour explorer avec les lycéens les frontières du réel et...

6-11-2018 • Yaël Tama et Sheila Vidal-Louinet
Quoi voir quoi faire avec votre classe ?

P.A.F. de Paris : le 28 novembre 2018, première rencontre "Théâtre et Histoire"

Dans le cadre du plan académique de formation de l'Académie de Paris 2018-2019, ne manquez pas le premier des trois rendez-vous de ce cycle singulier et riche, "Théâtre...

26-10-2018 • Rédaction
Quoi voir quoi faire avec votre classe ?

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et mesurer son audience. En utilisant ce site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies.