"Contes chinois" d’après Han Gan : un voyage opératique et calligraphique à l’Opéra Comique, dès 6 ans !

  • Opéra pour tous
  • Que voir quoi faire avec votre classe ?
  • A suivre

04-03-2019 par Marie-Madeleine Rey

“Contes chinois” - troisième et dernier volet de la trilogie présentée à l’Opéra Comique dans le cadre de l’ouverture de la saison 2019 «Mon Premier Festival d’Opéra» - mêle narration, images et musique, une invitation à un voyage poétique. 

Histoires d’hommes et d’animaux en trois moments : Le Prince Tigre et Le Cheval Magique de Han Gan, deux contes chinois illustrés par Chen Jiang Hong, suivis d’une évocation libre du calligraphe, nous invitent à un voyage, tout en pop up. En effet, la mise en scène de François Orsini propose une expérience inédite : l’intimité d’une lecture à l’échelle d’un théâtre ! Sur scène, un calligraphe (Chen Jiang Hong) et au parterre, une narratrice (Estelle Meyer) donnent ainsi vie aux personnages. Rémi Berger et Thomas Landbo interprètent en direct une composition originale.

Premier temps : Le Prince Tigre est présenté comme un livre pop-up géant posé sur la scène. La narratrice placée côté jardin raconte l’histoire. Les images s’enchaînent comme on tournerait les pages d’un livre, présentant tour à tour la cour du roi et de la reine, la forêt dans laquelle vit La Tigresse, l’incendie qui la menace ainsi que Wen le fils du roi… La capacité du héros à affronter le danger, à faire preuve de compassion pour atteindre quelque chose d’essentiel, mettent en valeur une réflexion sur l’apprentissage. L’auteur ponctue le récit de mots de la langue chinoise, de sons et de bruitages, comme des poésies suspendues au texte.  La narratrice termine le récit par une mélodie chinoise pleine de douceur et d’espoir.

Deuxième temps : Le Cheval magique de Han Gan raconte l’histoire d’un enfant qui va vers la peinture comme salut dans la vie. Chen Jiang Hong entre ici en scène et agit directement sur la narration en dessinant l’action à l’encre de chine. Un simple trait de pinceau devient le plateau tout entier, l’image s’anime. Le calligraphe est placé côté jardin et les chevaux qu’il dessine sont projetés sur la toile placée verticalement sur scène où ils prennent vie sous nos yeux... Un guerrier féroce exige de l’enfant le plus fougueux et le plus vaillant des coursiers dessinés : « Le guerrier sauta sur le cheval et disparut avec lui dans la nuit »1. Les guerres menées par celui-ci devenu ivre de sang nous glace, la toile se couvre alors de tâches rouges… Puis le cheval, attristé par tant de violence, désarçonne son cavalier et reprend sa place dans le dessin. La musique accompagne ce récit de façon pittoresque.

Troisième temps : la scène évolue, le calligraphe passe derrière la toile (derrière le miroir ?) et raconte l’histoire avec son pinceau : une vague ondulante caractérisant des montagnes, un bateau avec à son bord un pêcheur, un petit personnage et un dragon qui s’étire dans le ciel, donnant à voir ainsi  tout le paysage des calligraphies traditionnelles (« Shanshui » « montagne-eau »2). Seul le bruit du pinceau accompagne le dessin. Image saisissante ! Le calligraphe fait partie du tableau, il est lui-même le tableau. Est-ce lui cet enfant duquel semble partir la queue du dragon ? Est-ce lui cet enfant présent dans chacune des histoires ?


Comment ne pas penser au parcours de l’illustrateur qui raconte que dans sa jeunesse, pendant la révolution culturelle en Chine, il ne possédait aucun livre ? Pour tromper l’ennui, il s’amusait à imaginer des visages, des formes et des silhouettes à partir de tâches qui recouvraient le mur délabré de sa chambre. Faute de papier, dont le prix était trop élevé, c’est à même le sol qu’il exécutait ses premiers dessins.
Un grand moment de poésie, de découverte d’un art ancestral - la calligraphie -, d’émotion contenue par le texte même des contes. Un beau voyage !

L’oeil de l’équipe

Littérature
Les deux contes de Chen Jiang Hong (Edition L’Ecole des loisirs)
Autres contes du même auteur
Importance de l’animal dans la civilisation chinoise, horoscope chinois…
Les contes alliant l’homme et l’animal dans d’autres contrées (contes africains, Romulus et Rémus, l’enfant sauvage… )
Contes d’apprentissage

Arts
Le pop-up : définition
Réalisation de pop-up sur un conte
La calligraphie ou «la belle écriture»
Le calligraphe est un lettré qui a la connaissance approfondie des textes spirituels et littéraires de sa culture.
Les quatre trésors du lettré (le pinceau / le papier traditionnel chinois / le bâton d’encre / la pierre à encre)
Atelier de calligraphie à faire pratiquer

Education musicale
Thomas Landbo : musicien, pianiste
Synthétiseur : sons acoustiques et sons synthétiques (faire la différence)
Bruitages
Atelier : créer sa propre bande-son avec instruments divers
 

***

© Crédit photos Nathalie Prébende 

Distribution

Mise en scène  François Orsoni
Scénographie et vidéo  Pierre Nouvel
Récitante  Estelle Meyer
Illustrations  Chen Jiang Hong
Musique  Rémi Berger et Thomas Landbo
Production  Théâtre de Nénéka
Textes et dessins  Chen Jiang Hong / L'école des loisirs
 

En partenariat avec

https://www.opera-comique.com/sites/TNOC/files/logo_parismomes_bd.pnghttps://www.opera-comique.com/sites/TNOC/files/logo_yenamarredusquare_2019.png


***

Sources
1 Etrait du texte du livre de Chen Jiang Hong, Le cheval magique de Han Gan

2  Shanshui : montagne-eau est un terme chinois qui évoque le paysage et pictural.
                      C’est la forme majeure de la peinture pratiquée par les peintres lettrés.

En savoir plus
Site l’Opéra Comique  ici

Dans la même rubrique...

"Orphée et Eurydice", à l'Opéra Comique et en captation sur ARTE

A l'occasion de la création d'"Orphée et Eurydice" à l'Opéra Comique, Raphaël Pichon, à la direction musicale, et Aurélien Bory à...

30-10-2018 • Marie-Madeleine Rey
Opéra pour tous
Que voir quoi faire avec votre classe ?

"Donnerstag aus Licht" à l'Opéra Comique : génialement pluridisciplinaire !

Sept journées et presque autant de disciplines artistiques réunies ! Voici le projet génial et fou à vivre à l'Opéra comique : porté par l'ensemble...

21-11-2018 • Marie-Madeleine Rey
Opéra pour tous
Que voir quoi faire avec votre classe ?
A suivre

Redécouvrez «La Traviata» par Déborah Warner, actuellement au Théâtre des Champs Elysées

Le célèbre opéra de Verdi, orchestré au diaposon originel par Jérémie Rhorer, avec une distribution enchanteresse ! Une nouvelle production à voir jusqu’au...

4-12-2018 • Marie-Madeleine Rey
Opéra pour tous
Que voir quoi faire avec votre classe ?

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et mesurer son audience. En utilisant ce site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies.