"Petite balade aux enfers", art lyrique et marionnettes, inspiré de ”Orphée et Eurydice”. A l’Opéra Comique, dès 6 ans !

  • Opéra pour tous
  • Que voir quoi faire avec votre classe ?
  • A suivre

21-02-2019 par Marie-Madeleine Rey

"Petite balade aux enfers", spectacle lyrique avec marionnettes, est la deuxième des trois œuvres présentée à l’Opéra Comique dans le cadre de l’événement «Mon Premier Festival d’Opéra». La conceptrice de ce spectacle, Valérie Lesort, s’est inspirée de l’Oeuvre lyrique de Christoph Willibald Glück, Orphée et Eurydice créé en 1774 (pour la version française). Recréatrice du texte, elle en assure également la mise en scène, ainsi que la scénographie.

Orphée a perdu son épouse Eurydice le jour de son mariage. Il va courageusement la chercher aux Enfers, affrontant monstres et furies pour la retrouver au séjour des ombres heureuses. Pourra-t-il la ramener d’entre les morts sans lui jeter un regard, ainsi qu’il s’y est engagé auprès des Dieux ?

Concentrée sur une durée d’une heure, la représentation est dotée d’une économie de moyens. Ainsi, aux premiers regards, découvre-t-on un castelet installé sur la scène. Les montants ressemblent à s’y méprendre aux colonnes de la scène de l’Opéra Comique ainsi que les angelots au niveau des cintres bien qu’un peu plus joufflus toutefois. Seuls repères musicaux, côté jardin, un piano à queue et côté cour, la présence épisodique du chœur de jeunes de la Maîtrise Populaire de l’Opéra Comique, en costumes noirs.

Après l’ouverture de l’opéra de Gluck, jouée au piano par Marine Thoreau la Salle, les rideaux du castelet s’ouvrent et les marionnettes font leur entrée… Pour débuter Zeus, personnifié en homme des cavernes, vient relater la généalogie du héros Orphée. La voix de Christian Hecq (Sociétaire de la Comédie française) donne de suite la tonalité iconoclaste de ce qui va être présenté. Orphée apparaît en toge rouge avec une petite lyre accrochée à sa ceinture, sandales dorées, un rameau d’olivier sur la tête tandis que se glisse de cour à jardin une tombe antique. D’Orphée, nous ne voyons que la tête et les bras, alors que son corps est mû par des manipulateurs invisibles derrière un rideau noir. Il s’agit de ce qu’on appelle «le théâtre noir» : les marionnettes sont éclairées par un couloir de lumière et les manipulateurs (tout en noir et cagoulés) sont dissimulés dans l’ombre. Le public ne les voit pas. On retrouve une technique de manipulation un peu comparable dans le bunraku japonais. Chacun des personnages de cet opéra est présenté ainsi, de manière grotesque avec les accessoires adéquats.

On l’aura compris, cette version est pleine de malice et d’ironie. Ce côté satirique nous remplit de gaieté. Le sourire est sans cesse sur nos lèvres. L’histoire est ponctuée d’ajouts plein d’humour : des marionnettes à manche (représentant le chœur antique) accompagnent Orphée devant le monument où repose son épouse Eurydice en parsemant la musique de soupirs ou de gémissements. Des chauves-souris ou autres petits monstres tentent d’effrayer Orphée lorsqu’il prétend aller aux Enfers. Des personnages fantastiques à plusieurs têtes, un Cerbère plutôt Doudou-Ours que monstre effroyable, des pélicans... Bref une panoplie de marionnettes créée autour d’Orphée ; tout un monde animé qui nous rapproche des contes fantastiques.

Et la musique dans tout cela ? Marine Thoreau la Salle, seule interprète, se joue des difficultés passant d’un toucher délicat et tendre à des accents terrifiants. La pianiste fait ainsi jouer toute la palette d’un orchestre sous ses doigts.

Les chanteuses sont extraordinaires, la position dans le castelet les oblige à avancer la tête ce qui n’est pas la position la plus aisée pour chanter. Marie Lenormand (Orphée) facétieuse à souhaits, triste oui, mais oubliant vite ses larmes lorsqu’elle se met à danser. Judith Fa (Eurydice) belle blonde et capricieuse, devient colérique en ne voulant pas suivre Orphée. Marie-Victoire Collin (de la Maîtrise Populaire de l’Opéra Comique) costumée en guerrière ailée, s’en tire à merveille dans son rôle d’Amour.

Le chœur, composé de 12 jeunes «maîtrisiens», rend les différentes émotions de la musique de Gluck. Soit accablés dans l’expression de la douleur, soit s’amusant à devenir féroces dans les Enfers.

Valérie Lesort explique qu’elle a voulu présenter le genre «Opéra pour les nuls»*. Et ce spectacle de format court est certes destiné à un public jeune mais réjouit pleinement les adultes. C’est en effet une façon ludique de découvrir ou redécouvrir la mythologie et l’opéra. Le pari était osé, les réactions de la salle enthousiastes indiquent que ce pari est réussi !

L’oeil de l’équipe

Littérature
Le mythe d’Orphée (Virgile/Ovide)
L’adaptation : retrouver la généalogie d’Orphée
Les coupures
Ajout de textes

Education musicale
Orphée : sujet privilégié pour les musiciens (Monteverdi, Gluck, Offenbach)
La musique de Gluck : expressivité, douceur, mais aussi effroi
Le piano : description, fonctionnement
Comparaison entre un extrait accompagné du piano et le même avec orchestre
Les voix : trois voix de femmes (soprano léger, soprano et mezzo-soprano)
Caractérisation des trois « timbres » pour les trois personnages
Rappel histoire des castrats et des travestis courant au XVIIIème siècle
Le chœur : ici, ensemble de 12 choristes : 3 sopranos, 3 altos, 3 ténors, 3 barytons
Notion de chœur mixte
Comparaison entre cette version et une version avec chœur plus étoffé

Arts plastiques
Le castelet
Les marionnettes avec manipulateurs : illusion, féérie
Le Bunraku
Les costumes des trois héros : analyse et mise en évidence du côté ironique de leurs représentations
Les autres marionnettes à manche, les animaux sauvages, les pélicans
Les représentations picturales d’Orphée et d’Eurydice
Le tableau de Corot (si on utilise en élément de comparaison la version donnée en octobre 2018 à l’Opéra Comique)
 

***

© Crédit photos Stefan Brion

Distribution
Mise en scène et scénographie Valérie Lesort
Direction musicale, piano Marine Thoreau la Salle
Création lumière et scénographie Pascal Laajili
Création des marionnettes Sami Adjali, Carole Allemand, Valérie Lesort
Création Toiles peintes Sylvie Mitault
Assistant à la mise en scène Florimond Plantier
Orphée Marie Lenormand
Eurydice Judith Fa
Amour Marie-Victoire Collin (Maîtrise Populaire de l’Opéra Comique)
Manipulateurs de marionnettes Sami Adjali, Christian Hecq, Florimond Plantier
Chœur Maîtrise Populaire de l’Opéra Comique
Soprani Violette Clapeyron, Chimène Llanos, Marie Sainjon
Alti Marie-Lou Bianco, Louna Harfouche, Alixiane Placidet
Ténors Lise Pourageau, Arthur Roussel, Esteban Ratel
Barytons Eliott Appel, Julius Lombard-Lavallée, Matéo Vincent-Denoble

Coproduction Opéra Comique, Compagnie Point fixe
Editeur New Berlioz Edition, Bärenreiter-Verlag Verlag Kassel · Basel · London · New York · Praha / L’oeuvre est tirée d’Orphée et Eurydice de Christoph Willibald Gluck, version remaniée par Hector Berlioz.

Remerciements Laurent Huet et Philippe Genty pour le prêt de marionnettes

En partenariat avec

***

Source
* propos recueillis lors du bord plateau après la représentation

En savoir plus
Site de l’Opéra Comique  ici

Dans la même rubrique...

"Orphée et Eurydice", à l'Opéra Comique et en captation sur ARTE

A l'occasion de la création d'"Orphée et Eurydice" à l'Opéra Comique, Raphaël Pichon, à la direction musicale, et Aurélien Bory à...

30-10-2018 • Marie-Madeleine Rey
Opéra pour tous
Que voir quoi faire avec votre classe ?

"Donnerstag aus Licht" à l'Opéra Comique : génialement pluridisciplinaire !

Sept journées et presque autant de disciplines artistiques réunies ! Voici le projet génial et fou à vivre à l'Opéra comique : porté par l'ensemble...

21-11-2018 • Marie-Madeleine Rey
Opéra pour tous
Que voir quoi faire avec votre classe ?
A suivre

Redécouvrez «La Traviata» par Déborah Warner, actuellement au Théâtre des Champs Elysées

Le célèbre opéra de Verdi, orchestré au diaposon originel par Jérémie Rhorer, avec une distribution enchanteresse ! Une nouvelle production à voir jusqu’au...

4-12-2018 • Marie-Madeleine Rey
Opéra pour tous
Que voir quoi faire avec votre classe ?

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et mesurer son audience. En utilisant ce site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies.