“Que viennent les barbares” identité et singularité questionnées à la MC 93, puis en tournée.

  • Que voir quoi faire avec votre classe ?
  • A suivre

18-03-2019 par Yaël TAMA

Myriam Marzouki et Sébastien Lepotvin réinventent au plateau, grâce à une distribution exemplaire, les figures telles que Toni Morrison, Mohamed Ali, James Baldwin, Claude Lévi-Strauss, Dorothy Counts, Jean Sénac ou encore Jean-Baptiste Belley. Ils les mêlent à de véritables personnages de fictions pour mettre en lumière les doutes, incohérences et questionnements, toujours brûlants, sur l’identité et le vivre ensemble. Ils interrogent “l’être français”, écrivent les pages en pointillés de notre histoire, avec une redoutable douceur et une exigence sans faille. Un spectacle que nous recommandons à partir du cycle 4.

«Le barbare, c’est d’abord l’homme qui croit à la barbarie», écrivait Lévi-Strauss dans Race et Histoire, Lévi-Strauss un des protagoniste de ce spectacle… À quoi allons-nous croire ici ? À qui, en quoi, en qui…? Dans Que viennent les barbares, allons-nous croire en un Mohamed Ali joué et dansé par un homme à la peau plutôt clair et menu ? Ou en un Jean Sénac interprété par une femme aux cheveux courts ?
Par leurs choix de distribution, Myriam Marzouki et Sébastien Lepotvin poussent la réflexion en avant et font des choix audacieux qui portent cette création.

Au plateau, un décor évolutif, formé par de grands parallélépipèdes mouvants et transformables, par quelques “cordes” et un subtile jeu de lumières. Le tout paraissant presque trop convenu pour une création qui bouscule, ré-interroge des sujets fondamentaux. Gare aux apparences…!
La scénographie de Marie Szersnovicz traduit, avec une justesse impeccable, la dramaturgie des auteur.e.s, permettant au spectateur de visualiser les figures dans leurs époques et pensées, tout en laissant la place aux doutes et à l’imaginaire. L’introspection des personnages, leur doutes et trajets personnels sont révélés par les traversées de personnages dans un couloir de lumières - lumières créées par Christian Dubet ; des costumes singuliers (signés Laure Maheo) traduisent l’incarnation et les multiples aspects des personnages connus... Marianne, par exemple, est certes couverte du drapeau tricolore, mais son habit de voyage se situe entre le chaperon et le voile. Ces traversées singulières ponctuent les différents tableaux et posent le doute, dans un questionnement poétique, maîtres mots du spectacle.

Par ces rencontres sorties tout droit d’un rêve éveillé, Que viennent les barbares, interroge avec force l’identité personnelle, l‘autre, les états et leurs histoires, leurs racismes et incohérences : le poète Jean Sénac interpellant Albert Camus, sur la langue et les guerres d’Algérie ; Claude Lévi-Strauss voulant changer de nom face à une responsable de l’administration “Office National Français et Universel de l’Intégration” féministe et républicaine convaincue ; Jean-Baptiste Belley exposant à cette même femme les “dysfonctionnements” de la république qu’il a participé à créer... Et tant d’autres tableaux, dont ceux étrangement libres et sereins qui contrastent avec la violence des sujets pour mieux révéler leurs puissances...



Que viennent les barbares, la toute dernière création de la Compagnie du dernier soir invite une nouvelle fois (après Ce qui nous regarde en 2016 qui interrogeait les différents regards sur le port du voile), à regarder en face les faits et à ré-inventer ensemble.

Que viennent les barbares, une production de la MC93, des portraits et rencontres sensibles, qui questionnent à différents niveaux l’Histoire, l’identité (c’est quoi être français aujourd’hui?) et le vivre-ensemble (voir notre oeil pédagogique). Un spectacle que nous recommandons à partir du cycle 4.

Que viennent les barbares, quand intelligence, talent et réflexion invitent à poursuivre le moment de théâtre dans la vie ! Merci à Louise Belmas, Marc Berman, Yassine Harrada, Claire Lapeyre Mazérat, Samira Sedira, Maxime Tshibangu de nous donner à vivre cette heure quarante!

Le portrait chinois
Si c'était un son ?
La voix. Non. Les voix.
Si c'était un végétal ?
Le roseau… qui se plie, se tord, mais ne se casse jamais.
Si c'était une couleur ?
Une couleur ? « Humainement, personnellement la couleur n’existe pas. Politiquement elle existe » James Baldwin
Si c'était un livre ?
Un livre d’histoire, à relire... Comme l'écrivait Jules Michelet «ce ne serait pas trop de l’histoire du monde pour expliquer la France»

L’oeil de l’équipe

EMC, Français, Philosophie
La notion d’identité, de ségrégation, d’intégration, de République, de frontière, de l’Autre
Les “Barbares”, “ Sauvages” de l’antiquité au XXIème siècle, de Platon à Lévi-Strauss en passant par Montaigne.
Le rôle et le pouvoir de l’écrivain ou la place de l’écrivain dans l’action, le combat politique
Les oeuvres de Toni Morrison, Mohamed Ali, James Baldwin, Claude Lévi-Strauss, Dorothy Counts, Jean Sénac, Albert Camus, Jean-Baptiste Belley, Georges Perec
Entretien avec Toni Morrison, prix nobel de littérature ici
Écrire entre réalité et fiction, faits historiques et nécessité poétique.
Le rôle, le fonctionnement et la fiction autour de l’’administration de la révolution française à Kafka

Histoire Géographie
La révolution française, l’abolition de l’esclavage, la lutte pour les droits civiques aux Etats-Unis, les colonisations et décolonisation, la guerre d’Algérie
L’histoire des noms et patronymes à travers les siècles et les territoires
L’évolution de la déclaration des droits de l’Homme, au fil des siècles
Les discours de Jean-Baptiste Belley ici

Mathématiques
Le parallélépipède, le calcul de trajectoire (avec pour support le déplacement des éléments de décor)
Calculs des migrations des personnages, des coordonnées GPS successives

Arts plastiques
Réalisation de maquette autour et dans les parallélépipède rectangle
Peindre, dessiner sa version d’un personnage célèbre

Education musicale
Différentes interprétations d’une oeuvre (La Marseillaise : de la création à Jessy Norman en 1989)
Comparaison des musiques selon les périodes de guerre, de paix, de révolution-changements marquants.
 

***

Suivre la tournée
DATES
MC 93 Bobigny /Jusqu’au samedi 23 mars 2019
La Comédie de Reims / Du 26 au 29 Mars 2019
La Passerelle Saint-Brieuc / le 4 Avril 2019
MC2 Grenoble / Du 09 au 11 Avril 2019
Comédie de Béthune / Du 23 au 26 Avril 2019
Théâtre Dijon Bourgogne / dans le cadre du festival Théâtre en mai / Du 27 au 29 Mai  2019
Informations tournée et suivre ici

En savoir plus
Entretien France Culture  avec Myriam Marzouki ici
Rencontre exceptionnelle-retour d’expérience  le 17 Mars  ici
Dossier de productions ici
Pièce démontée ici

***


© Crédits photos  Christophe Raynaud de Lage

QUE VIENNENT LES BARBARES
Texte et dramaturgie Sébastien Lepotvin et Myriam Marzouki
Avec des extraits de Constantin Cavafis et Jean Sénac, et des passages librement inspirés des interviews et récits de Mohamed Ali, James Baldwin et Claude Lévi-Strauss
Avec Louise Belmas, Marc Berman, Yassine Harrada, Claire Lapeyre Mazérat, Samira Sedira, Maxime Tshibangu
Scénographie Marie Szersnovicz
Lumière Christian Dubet
Son Jean-Damien Ratel
Costumes Laure Maheo
Assistante à la mise en scène et regard chorégraphique Magali Caillet-Gajan
Stagiaire assistant à la mise en scène Timothée Israël
Construction décor Ateliers de la MC93

Production MC93 — Maison de la Culture de Seine-Saint-Denis
Coproduction Comédie de Béthune — CDN Hauts-de-France, Comédie de Reims — CDN, La Passerelle — Scène nationale de Saint-Brieuc, Compagnie du dernier soir

Avec le financement de la Région Île-de-France   

Avec le soutien de la SPEDIDAM, société de perception et de distribution gérant les droits des artistes interprètes, du théâtre L'Echangeur — Bagnolet.

Ce texte est lauréat de l'Aide à la création de textes dramatiques — ARTCENA.


Avec l’aimable autorisation de France Musique.

Dans la même rubrique...

"Orphée et Eurydice", à l'Opéra Comique et en captation sur ARTE

A l'occasion de la création d'"Orphée et Eurydice" à l'Opéra Comique, Raphaël Pichon, à la direction musicale, et Aurélien Bory à...

30-10-2018 • Marie-Madeleine Rey
Opéra pour tous
Que voir quoi faire avec votre classe ?

" Paradoxal " au Théâtre de Belleville : un thriller entre rêves et réalité

Une des dernières créations - haletante - de Marien Tillet en novembre au Théâtre de Belleville, pour explorer avec les lycéens les frontières du réel et...

6-11-2018 • Yaël Tama et Sheila Vidal-Louinet
Que voir quoi faire avec votre classe ?

P.A.F. de Paris : le 28 novembre 2018, première rencontre "Théâtre et Histoire"

Dans le cadre du plan académique de formation de l'Académie de Paris 2018-2019, ne manquez pas le premier des trois rendez-vous de ce cycle singulier et riche, "Théâtre...

26-10-2018 • Rédaction
Que voir quoi faire avec votre classe ?

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et mesurer son audience. En utilisant ce site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies.